On meurt aussi au paradis - Françoise Saint-Chabaud

Parution fin novembre 2019 -  tarif souscription jusqu'au 8 décembre

 

On meurt aussi au paradis roman policier S-Active
On meurt aussi au paradis roman policier S-Active

À Tahiti, la femme d’affaires Heimata Lespage est victime d’une implacable machination. Son chemin croise celui de Tamatoa Walther, détective déjanté qui accumule les galères. Rien ne les rapproche. Et pourtant ils vont devoir mener ensemble une enquête à haut risque. Jusqu’où iront-ils pour découvrir une vérité qui dérange ?

Événements inquiétants… machination infernale… un polar où la réalité va rapidement prendre des allures de cauchemar, bien loin des clichés habituels sur la Polynésie

Docteur en littérature, Françoise Saint Chabaud a vécu une vingtaine d’années dans le Pacifique sud où elle a enseigné dans différentes universités. Femme d’action autant que d’imagination, elle est l’auteure de plusieurs nouvelles, romans à suspense et ouvrages pour la jeunesse. Elle anime également un café polar et des ateliers d’écriture.

#Tahiti #Polynésie #huîtres perlières #perliculture

#roman policier #thriller #machination #enquête #polar



Françoise Saint-Chabaud, pour l’amour des polars

Café polar organisé par l’auteure Françoise Saint-Chabaud

Une bande se réunit, une femme accueille les habitués, des verres de vin sont posés sur la table, des meurtres et autres méfaits alimentent les discussions… Le décor a tout d’un roman noir. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit là d’une société secrète aux funestes desseins. Les seuls crimes dont la compagnie se fait l’écho sont ceux sortis de l’imaginaire de romanciers. Les habitués, une dizaine de personnes, participent au Café polar organisé par l’auteure Françoise Saint-Chabaud.

Pas besoin de mener de grande enquête, l’instigatrice passe facilement à table. « Nous sommes ouverts aux amoureux du polar, les inconditionnels comme ceux qui en lisent de temps en temps » , explique-t-elle. Depuis avril dernier, la troupe se réduit environ une fois par mois, au bistrot les Grands Chemins. Le dernier rendez-vous en date a eu lieu jeudi 3 janvier 2019. « En général, la réunion se découpe en deux phases , poursuit la romancière. Tout d’abord un tour de table, durant lequel chaque participant peut partager avec les autres ses derniers coups de cœur. Ensuite, nous accueillons un invité, qui peut être un auteur, un organisateur de salon ou un journaliste spécialisé dans le polar. »

« Diversité et liberté »

Françoise Saint-Chabaud a créé ce rendez-vous pour Ancres noires, qui organise le festival Polar à la plage, au Havre. « J’ai rejoint l’association il y a un an et demi , indique-t-elle. On m’a demandé de faire la promo du polar à Lisieux. J’ai opté pour une forme conviviale et ouverte à tous. »

En parallèle, cette professeure d’université à la retraite qui partage son temps entre Saint-Pierre-des-Ifs et Paris, continue d’écrire des romans policiers. Son quatrième ouvrage, Quentin Dutour et l’île aux secrets , est sorti à l’automne dernier. « Il s’adresse aux jeunes de 8 à 11 ans , précise-t-elle. L’idée est de les attirer vers la lecture. »

Ses autres romans, pour adultes, sont des thrillers. « L’avantage du genre policier, c’est qu’il y a une grande diversité, entre les enquêtes, les romans à suspense, les romans noirs, les romans historiques, etc. , avance Françoise Saint-Chabaud. Cela n’a plus rien à voir avec les romans de gare d’autrefois. De très grands auteurs font des polars. »

Attirée par l’écriture depuis longtemps - « depuis que je suis toute petite, j’adore raconter des histoires » -, elle apprécie la « liberté » donnée par ce genre. « J’aime bien quand des gens comme vous et moi mènent une petite enquête qui va ensuite les mêler à des situations pas possible » , résume-t-elle.

Même si elle apprécie les œuvres de Franck Tilliez ou les polars anglo-saxons, Françoise Saint-Chabaud assure ne pas lire tellement de romans policiers. « Ceux qui viennent au Café sont plus passionnés que moi » , sourit-elle. « D’autant qu’en partageant nos coups de cœur, on a envie d’en lire de plus en plus , ajoute Albert Galoy, un habitué. C’est toujours intéressant de croiser les points de vue. » Et de nourrir les débats de passionnés.

Contact : lesancresnoires@cafepolar.fr

Ouest France - Guillaume Verdu - 8 janvier 2019